Accueil

Un Institut organisé selon 4 axes de recherche

L’Institut de Recherche sur les Phénomènes Hors Equilibre (IRPHE UMR 7342) a pour vocation générale la modélisation de systèmes macroscopiques complexes. Les études expérimentales, théoriques et numériques ont pour objectif premier la compréhension des phénomènes et elles sont motivées par les verrous technologiques des secteurs des transports, de l’énergie, de la santé, de l’environnement, entre autres. Les thèmes scientifiques sont déclinés selon 4 axes de recherche.

Ecoulements industriels

Divers écoulements aéro- et hydrodynamiques font l’objet de recherches fondamentales, à caractère théorique, expérimental et numérique, en collaboration avec des industriels des secteurs aéronautique (Ariane Group, Airbus Helicopters, CNES), énergétique (Areva, Total) et automobile (PSA Peugeot-Citroën).  Lire la suite

Processus industriels et matériaux

Les processus industriels mettent en jeu diverses transformations de la matière. Le laboratoire étudie les phénomènes physiques élémentaires mis en jeu dans ces différentes étapes, de la création à la destruction de matériaux.

La création de matériaux implique souvent des étapes réactionnelles, entre des réactifs qui peuvent être initialement mélangés ou bien séparés.  Lire la suite

Milieu naturel, environnement, univers

Des écoulements géo-et astrophysiques font l’objet de recherches fondamentales : la dynamique des tourbillons dans les milieux stratifiés, analogues à ceux des océans, voire des disques d’accrétion, est modélisée et reproduite expérimentalement. Des instabilités inertielles de fluides tournants sont étudiées, afin de reproduire à l’échelle d’un laboratoire, à l’aide de dispositifs expérimentaux dédiés, des phénomènes de libration, de précession et de marées dans les intérieurs planétaires.  Lire la suite

Milieu vivant, systèmes biologiques

Cet axe regroupe les projets de recherche ayant trait à la modélisation de systèmes biologiques. L’un des objectifs communs est d’appréhender le fonctionnement de ces systèmes.

La compréhension du fonctionnement des milieux vivants relève, entre autres, de mécanismes de couplages existants entre les caractéristiques d’une structure biologique le plus souvent déformable et les propriétés de l’écoulement impliqué dans le mouvement de cette structure.  Lire la suite